Sommaire

Peut-on guérir de la migraine ?

Lorsqu'on est migraineux, on le reste généralement toute sa vie, même si la fréquence des crises diminue considérablement après 60 ans. Il existe de nombreux traitements efficaces destinés à atténuer la douleur et à réduire la fréquence des crises. Si elles sont bien prises en charge, 60 à 80 % des crises peuvent être atténuées, voire disparaître dans 40 % des cas.

Les différents types de traitements contre la migraine

Il existe principalement deux types de médicaments :

Le traitement de fond est employé chez les patients utilisant un traitement de crise au moins 8 jours par mois, avec une migraine chronique (au moins 15 jours de céphalées par mois), ou avec une migraine sévère.

Deux anticorps monoclonaux utilisés pour prévenir la migraine sont également recommandés au niveau européen depuis 2018 : l'Emgality® (molécule galcanézumab, accessible en pharmacie au prix de 245 € par mois non remboursés) qui permet une réduction moyenne de 1,9 jour de migraine par mois et l'Aimovig® (érénumab). Cette classe thérapeutique pourra également être administrée dans la migraine chronique, ayant résisté à deux traitements prophylactiques oraux ayant inclus le topiramate (le seul traitement oral avec un niveau de preuve d'efficacité élevée dans la migraine chronique).

Par ailleurs, un nouveau médicament de la famille des gepants (antagonistes des récepteurs peptidiques liés au gène de la calcitonine, celle-ci étant impliquée dans la pathogenèse de la migraine) se révèle efficace : l'ubrogepant. En cas de crise, il soulage la douleur en moins de 2 heures pour 22 % des patients et il supprime les symptômes annexes (photophobie, phonophobie ou nausée) chez près de 40 % d'entre eux.

Enfin, des méthodes naturelles peuvent être efficaces contre la migraine, généralement en complément des médicaments, pour espacer les crises. Les différents traitements naturels sont :

Lire l'article Ooreka

Migraine et hygiène de vie

Pour lutter contre la migraine il est également nécessaire :

  • d'adopter une bonne hygiène de vie :
    • sommeil suffisant et à des horaires réguliers,
    • bonne position au travail (devant un ordinateur ou en cas de longs trajets en voiture notamment),
    • faire du sport ou des exercices de relaxation ;
  • d'éliminer le plus possible les facteurs susceptibles de la déclencher :
    • une mauvaise alimentation (l’alcool, les repas trop copieux, les fromages fermentés, excès de sel, etc.)*,
    • le stress,
    • les odeurs fortes (tabac, feu de bois, certains parfums, etc.).

*Selon une étude, le régime cétogène (habituellement employé dans le contexte de l’épilepsie) pourrait réduire la fréquence et la durée des crises (source : Di Lorenzo, 2014). Plusieurs autres études ont, par ailleurs, décrit que l’augmentation des apports en acides gras poly-insaturés de type oméga 3 et la diminution de ceux en oméga 6, respectivement anti et pro-inflammatoires, permettraient également de réduire la fréquence et la sévérité des crises.

Ces pros peuvent vous aider