Sommaire

 

Pendant longtemps, les causes de la migraine sont restées un mystère complet.

Aujourd'hui, les chercheurs comprennent mieux les causes responsables de ces maux de tête violents, mais beaucoup de questions restent encore en suspens.

Le mécanisme de la migraine

La migraine est une sorte « d'orage » dû à deux phénomènes entremêlés :

  • Une activation anormale des nerfs du visage et du crâne.
  • Une dilatation et une inflammation des vaisseaux sanguins qui entourent le cerveau.

Lorsque la migraine est précédée par une aura (voir migraine avec aura), un épisode de vasoconstriction (contraction des vaisseaux sanguins du crâne) précède la phase de dilatation. C'est cette vasoconstriction qui est la cause de troubles visuels de l'aura.

On pense que l'activation anormale de certains nerfs du visage et du crâne (dont le nerf trijumeau) joue un rôle dans le processus de vasodilatation et d'inflammation responsable de la douleur. La migraine aurait donc une origine neurologique et vasculaire.

Les causes génétiques de la migraine

La migraine a également une origine génétique, c'est-à-dire que certaines personnes sont plus susceptibles de développer la maladie que d'autres. Environ 70 % des migraines seraient ainsi associées à un terrain familial.

C'est ce qui explique qu'il existe des familles de migraineux : le risque d'avoir un enfant migraineux lorsque les deux parents souffrent de migraine atteint 60 % ! Et les parents les plus directs des personnes migraineuses ont trois à quatre fois plus de risques de souffrir de la maladie.

Migraine : les facteurs déclenchants

S'il existe une prédisposition génétique, il y a également des facteurs qui sont connus pour déclencher les crises. Ces facteurs ne sont toutefois pas la cause de la migraine.

Les aliments

Chez certaines personnes, l'alimentation joue un rôle dans le déclenchement des crises. Le risque est évoqué lorsqu’une céphalée survient dans au moins 50 % des cas où le patient est exposé à l’aliment, et si la céphalée survient le jour de l’exposition.

  • Le fait de ne pas avoir assez mangé ou d'avoir sauté un repas peut déclencher une crise (on en observe parfois au cours de régimes restrictifs, de jeûne ou de monodiète) ou, au contraire, avoir eu un repas trop gras ou trop abondant.
  • Certains aliments « donnent » la migraine : l'alcool et le vin rouge principalement, mais aussi le fromage, le café... mais pas le chocolat ! Cela est très variable d'une personne à l'autre.
  • Deux études importantes suggèrent qu’il est possible que l’augmentation de la teneur en sel de l’alimentation aggrave le risque de céphalées chez les patients hypertendus, mais qu’elle réduise leur fréquence, notamment chez les femmes avec IMC bas.

Dans certains cas, le café peut au contraire soulager les maux de tête mais la consommation de caféine devrait idéalement rester inférieure à 400 ou 500 mg/j (deux études ont décrit qu’il était possible de réduire le risque de céphalées chez les consommateurs excessifs de caféine par un sevrage progressif).

Les facteurs climatiques

Chez certains migraineux, la météo peut aussi être un facteur déclenchant ! Ainsi, un temps orageux, lourd, trop chaud, ou un changement brutal de la pression atmosphérique peut suffire à provoquer une crise. Une luminosité trop forte est aussi source de migraine chez certaines personnes.

Les facteurs psychologiques

Les facteurs psychologiques jouent aussi un rôle très important : les causes psychologiques concernent environ 2/3 des migraineux. Le stress (contrariétés, inquiétude...), les situations de conflit, les chocs émotionnels ou les symptômes dépressifs aggravent la migraine.

Curieusement, les crises peuvent aussi survenir lors des premiers jours de vacances, lorsqu'on commence à décompresser ou pendant le week-end, ou encore à l'occasion d'un événement heureux.

La fatigue et le manque de sommeil

La fatigue est souvent mise en cause. De même, la perturbation des rythmes de sommeil (dormir trop peu ou au contraire faire une grasse matinée quand on n'en a pas l'habitude) peut contribuer à déclencher une migraine. Ainsi, certaines personnes souffrent de migraines du week-end ou de vacances, liées à un « excès » subit de sommeil.

Les causes organiques ou pathologiques

Il faut également mentionner, outre les causes médicales graves (tumeurs cérébrales, hypertension intracrânienne, hémorragie méningée, hémorragies cérébrales, AVC et AIT, dissection carotidienne, hématome sous-dural, méningo-encéphalite, etc.), diverses pathologies sous-jacentes ou troubles pouvant être à l'origine des migraines.

Il peut s'agir :

  • d'une infection ORL telle qu'une otite ou une sinusite ;
  • d'un problème dentaire ;
  • d'un trouble ophtalmique tel qu'un glaucome ;
  • d'un syndrome prémenstruel (ensemble de symptômes survenant avant les règles) ;
  • d'une pathologie hépatique, gastrique ou intestinale ;
  • l’obésité, qui est aussi associée à une augmentation de la fréquence des crises et du risque de progression vers la migraine chronique ;
  • d'une intoxication alimentaire ;
  • d'une dysbiose (déséquilibre de la flore intestinale), par exemple en cas d'excès de Candida albicans ;
  • une arthrose cervicale...

Aussi dans la rubrique :

Comprendre la migraine

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider